ARCHITECTURE MODERNE DE L’INDE

ARCHITECTURE MODERNE DE L’INDE

L’Inde, dans son ensemble, est un pays du sud de l’Asie qui occupe la majeure partie du sous-continent Indien. Il a des frontières communes avec le Pakistan à l’Ouest, la Chine, le Népal, et le Bhoutan au nord, le Bangladesh et la Birmanie à l’Est.

L’Inde est le foyer de civilisations parmi les plus anciennes, c’est également un carrefour historique important entre les grandes routes commerciales ainsi que le berceau du Bouddhisme, l’une des trois grandes religions du monde.
Accompagné par sa culture variée et complexe (stimulée par des influences étrangères), l’Inde est en plein essor et connait ainsi un développement rapide propice à la propagation d’une architecture moderne, fruit de l’Intelligence d’un savoir local et international.

Différents stades de développement de l’architecture indienne.

  • Naissance de l’architecture moderne en Inde

Après l’indépendance de l’Inde en 1947, c’est-à-dire au début de l’architecture moderne en Inde, deux tendances coexistent au sein du mouvement, le Revivalisme et le modernisme:

  1. Le Revivalisme: a préconisé la « continuité avec le passé ».
  2. Le modernisme: a également été fortement influencé par des modèles européens et américains. Cependant, ces différentes influences ont essayé de s’emparer du paysage Indien sans prendre en compte les aspirations, les diversités et les conditions régionales.

Exemple sur Ashok Hotel de New Delhi de l’architecte B.E.Doctor.
En 1956, ce projet a été remporté par B.E.Doctor, un architecte de Bombay. En utilisant la technologie pour créer les grands espaces de pilier-moins, le docteur a créé une façade qui a emprunté à l’architecture islamique, hindoue, britannique et moderne.

Ashok Hotel de New Delhi

  • Architectes occidentaux en Inde

Edwin Landseer Lutyens est un architecte britannique connu pour son style architectural, ainsi que son adaptation au style traditionnaliste répondant aux besoins de son temps.

Il réalise de nombreuses demeures de campagne et joue un rôle essentiel dans le design des bâtiments administratifs de New Delhi. Grâce à son achèvement et son succès grandissant, il jouera un rôle de plus en plus important sur la construction de l’architecture indienne. D’autres comme Laurie Baker, Le Corbusier, Louise Ikahn sont également reconnus en tant que piliers dans l’évolution de l’architecture indienne.

Laurie Baker, né à Birmingham (Royaume-Uni), est un architecte indienconnu pour être un pionnier de l’architecture à bas coût (l’utilisation de la technologie locale, de matériaux et travailleurs locaux) et respectueuse de l’environnement.

Le Corbusier, est un architecte, urbaniste, décorateur, peintre, sculpteur, publiciste et homme de lettres, suisse de naissance et naturalisé français en 1930. Il est l’un des principaux représentants du mouvement moderne.

Exemple sur son projet de Chandigarh

En 1948, les autorités décidèrent de fonder un ville nouvelle. Cette est appelée Chandigarh.

Le Corbusier accepta le projet en ayant aucune connaissance de l’Inde. Ce projet de Chandigarh lui a apporté un terrain d’expérience. Dans l’évolution de son travail, il crée un réseau de voies de circulation différenciées et propose un dispositif dans chaque secteur pour l’intallation d’espaces verts. Il est à l’origine de la création d’une vallée de loisirs ceinturée par de larges bandes non constructibles dans un rayon de 16 kilomètres etc. Ce projet Chandigarh est peut-être la plus grande réussite de l’Inde d’un point de vue stylistique et urbanistique.

Louis Isadore Kahn est un architecte américain. Il appartient à la génération qui suit les fondateurs du Modernisme, connu pour des concepts nouveaux: l’opposition entre le servant et la notion d’architecture creuse. L’emploi particulier que fait Louis Kahn de la brique, du bois et du béton brut en fait un initiateur du Brutalisme. En effet, l’architecte laisse apparaître les défauts de ses matériaux (texture irrégulière, scories…) et crée de forts contrastes entre eux.

Exemple sur L’Indian Institute of Management Ahmedabad

Situé à Ahmedabad au nord-ouest de la ville, l’Indian Institute of Management Ahmedabad est l’une des sept écoles de commerce indiennes à porter l’appellation IIM. Il est actuellement

considéré comme la meilleure école de commerce en Inde. Le campus est une œuvre de l’architecte Louis Kahn avec Balkrishna Vithaldas Doshi et Anant Raje.

Leur objectif principal était de créer une nouvelle école incorporant un style occidental, permettant aux élèves de le comparer avec le style traditionnel.

  • L’innovation de la construction moderne

Influencé par la pratique des architectes occidentaux, les architectes indiens ont pris leur propre temps d’exprimer leur ingéniosité. Beaucoup d’entre eux sont nés en Inde, mais ont fait leurs études en occident. Ils héritent alors de la culture traditionnelle et en même temps, explorent de nouvelles pistes adaptées aux changements imposés par les nouveaux besoins de la société.

Exemple sur Balkrishna Vithaldas Doshi.

Balkrishna Vithaldas Doshi est un architecte indien. Il a fait ses études au Fergusson College à Pune, à la J. J. School of Architecture de Mumbai et au North London Polytechnic. De 1954 à 1957, il travaille dans l’agence de Le Corbusier à Paris. En 1955, il retourne en Inde où il supervise les nouveaux bâtiments de Chandigarh, nouvelle capitale du Punjab & Haryana. Il est le représentant de Le Corbusier à Ahmedabad de 1954 à 1959.

En plus de son travail d’architecte, B. V. Doshi est connu pour son œuvre pédagogique. Il est co-fondateur de l’école d’Architecture d’Ahmedabad (1962-72) et du Centre for Environmental Planning and Technology (1972-81) et du Kanoria Centre for Arts, Ahmedabad.

Charles Conea (Né à Hyderabad, en Inde) est un architecte indien, théoricien et figure de l’architecture contemporaine. Il fait ses études à l’University of Michigan, et au Massachusetts Institute of Technology. Il ouvre son agence à Bombay en 1958. Son œuvre montre une adaptation compréhensive et étudiée du modernisme à une culture non-occidentale. Ses premiers travaux traitent de l’architecture vernaculaire dans un environnement moderne. Sa gestion du paysage et des projets sociaux se concentrent sur la recherche de solutions spécifiques au problème du Tiers-monde.

Exemple sur le Jawahar Kala Kendra.

Jawahar Kala Kendra (JKK) est un centre multi-arts situé à Jaipur en Inde. Il a été construit par le gouvernement du Rajasthan dans le but de préserver les arts du Rajasthan.

 Le plan a été commencé par Charles Correa en 1986 et le bâtiment fut prêt en 1991. Le plan est inspiré par le plan de la ville d’origine de Jaipur, composée de neuf carrés avec la place centrale laissée ouverte. Le centre se compose de huit musées, un amphi théâtre, une bibliothèque, des salles d’exposition, une cafétéria, une petite auberge et un art studio. Il inaugure chaque année son propre festival de théâtre.

D’autre exemple comme Mahatma Gandhi Memorial.

Le succès de ces architectes locaux montre que le développement de l’architecture moderne est entré dans une nouvelle ère.

  • Les changements de l’architecture moderne en Inde

A partir des années 1980 jusqu’aux années 1990, les achitectes indiens ont recommencé à prêter attention aux normes esthétiques. Ils considèrent qu’il n’y a pas de style particulier architectural et qu’il n’est pas nécessaire d’être soumis au traditionnel. En fait, l’architecture est le reflet de la société. Pendant cette période, la forme de l’architecture est davantage marquée par une influence internationale.

La transmission de l’héritage culturel de leur pays

Ces architectes locaux indiens ont une passion pour l’architecture moderne de l’occident, mais leurs constructions ont conservé les caractéristiques de leur propre pays. Ils préconisent l’utilisation de matériaux locaux. Ils reçoivent une bonne éducation qu’ils ont la chance de mettre en oeuvre au sein de leur pays d’origine dans la mesure où l’espace indien leur ouvre de nombreuses possibilités pour pratiquer. Leur sensibilité les incite à gérer habilement la relation de coopération entre le matériel de construction et le paysage. Leurs méthodes constructives sont toujours très innovantes. Par exemple, le jeu d’ombre est très simple et utilisent les caractéristiques de la Typologie dans la cour et les couloirs.

Ces architectures parfois reflètent le niveau de développement économique local, mais il a atteint un niveau de l’art très élevé.

En conclusion, les architectes modernes de l’Inde ont une idée commune: par leur conception, leur art devient le reflet de la société indienne. Par ailleurs, pour comprendre le nouvel architecte, il est important d’y décripter la dimension culturelle qui est la racine de l’architecture, et sans racines solides, rien ne perdure.

Vidéo: 

Architecture – Monuments – Sculpture — History – Faces Of India. Story of India

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :